image

DE | FR | EN

L’Investment Management

L’Investment Management, c’est-à-dire la gestion de fortune pour le compte de clientes et de clients institutionnels et privés, est un domaine en plein essor dans le secteur financier, à l’échelon international comme en Suisse. Ces dernières années, il est devenu un pilier porteur du secteur financier suisse et une prestation riche d’avenir. Il apporte une valeur ajoutée considérable à l’économie financière et à l’économie réelle en répartissant les capitaux en fonction des besoins, en contribuant à l’efficience des marchés et en assurant une gestion professionnelle de la fortune institutionnelle et non institutionnelle.

Thèmes d’actualité en matière politique et réglementaire

Les actifs sous gestion s’inscrivent en hausse à CHF 4,3 billions

La notion d’«Investment Management» englobe la gestion de placements collectifs ainsi que les mandats de gestion et de conseil pour des clientes et des clients institutionnels et non institutionnels. L’étude réalisée par l’ASB en 20183 présente l’Investment Management sous un angle large et montre combien les secteurs de la gestion de fortune institutionnelle et non institutionnelle unissent leurs forces en Suisse. Cette approche permet en outre de mettre en évidence non seulement la symbiose entre les domaines d’activité, mais aussi leurs interactions fructueuses en termes d’innovation et d’infrastructures. Celles-ci s’expliquent par l’ampleur du pool combiné d’actifs pouvant être investis.

Graphique 15

Graphique 16

L’Investment Management dépasse le Wealth Management en termes d’actifs sous gestion

En 2020, le volume total des actifs sous gestion dans l’Investment Management suisse s’est établi à CHF 4,3 billions, soit environ six fois le PIB de la Suisse et près de quatre fois et demie le capital de prévoyance suisse. Il dépasse depuis 2019 le volume des actifs sous gestion dans le Wealth Management. Par rapport à 2019, les actifs sous gestion dans l’Investment Management ont augmenté de 9,3 % sous l’effet combiné de l’évolution du marché (+2 à +3 %) et des entrées de fonds (+6,5 % environ). La composition des portefeuilles n’a guère changé: si les placements collectifs de droit étranger et les mandats de conseil ont affiché la plus forte croissance, les placements collectifs de droit suisse et les mandats de gestion pour le compte d’investisseurs institutionnels sont restés quantitativement majoritaires.

L’Investment Management est une activité exportatrice

Sur les CHF 4,3 billions d’actifs sous gestion en Suisse, 32,2 % sont gérés pour le compte de clientes et de clients étrangers, ce qui met en lumière la compétitivité internationale de l’Investment Management suisse. Ce pourcentage est stable par rapport aux années précédentes. Le marché national étant déjà largement couvert, c’est sans doute dans la gestion d’actifs pour le compte de clientes et de clients étrangers que résident les meilleures perspectives de croissance.

Graphique 17

Graphique 18

La durabilité est un facteur clé de succès

En matière d’Investment Management, on observe des tendances qui reflètent les besoins des investisseuses et des investisseurs, mais aussi les évolutions économiques et sociales. Au-delà des catégories de placement traditionnelles comme les actions ou les obligations, les clientes et les clients se tournent de plus en plus vers les placements alternatifs. Ceux-ci sont plus novateurs et nécessitent des connaissances spécialisées, une infrastructure adaptée, mais aussi un contexte politique stable et des conditions-cadres favorables. L’Investment Management suisse s’est inscrit dans cette tendance très en amont.

Par ailleurs, les investisseuses et les investisseurs privés et institutionnels sont de plus en plus attentifs aux impacts de leurs placements en termes de développement durable. Par exemple, selon des informations communiquées par la branche, certaines caisses de pension ne prendraient plus en compte les propositions de placement qui n’intègrent pas les critères de durabilité. Pionnière en matière de finance durable, la place financière suisse est en passe de devenir un pôle international de premier plan dans ce domaine. On entend par «finance durable» ou «sustainable finance» les prestations de services financiers qui intègrent les critères dits ESG (environnementaux, sociaux et de gouvernance) dans les décisions commerciales et de placement, et ce dans l’intérêt des clientes et des clients ainsi que de la société. Grâce à diverses initiatives prises par le secteur financier et moyennant un cadre politique approprié, la Suisse est en mesure de devenir un pôle international de premier plan en matière de finance durable.

Le volume des actifs gérés dans l’Investment Management selon des critères de durabilité a fortement augmenté ces dernières années sur la place financière suisse. A fin 2020, il s’établissait au total à CHF 1 520,2 milliards, en hausse de 31 % par rapport à l’année précédente. La majeure partie de ces actifs est investie dans des fonds de placement durables et, en deuxième lieu, dans des placements gérés par leurs propriétaires.