Gestion de fortune

Au total, les actifs sous gestion dans les banques en Suisse s’établissaient fin 2020 à CHF 7 878,7 milliards. La Suisse est le leader mondial du Private Banking transfrontalier: un quart des actifs sous gestion transfrontalière dans le monde sont gérés en Suisse.

En 2020, les actifs sous gestion des clients suisses ont augmenté de CHF 93,2 milliards. Les actifs sous gestion des clients domiciliés à l'étranger ont diminué de CHF 108,0 milliards. Dans l'ensemble, la gestion de fortune des banques suisses reste au niveau de l'année précédente (-0,2 %). La hausse des portefeuilles de titres n’a pas suffi pour compenser la baisse des dépôts fiduciaires et des engagements envers la clientèle hors dépôts à vue.

La structure des portefeuilles en dépôt par monnaies est restée stable par rapport à 2019. Le franc suisse est toujours la principale monnaie de placement, avec une part de plus de 50 %. Depuis 2011, on observe une augmentation constante des actifs sous gestion.

Evolutions en 2021

Actifs sous gestion en progression à l’issue du premier semestre​

Evolutions en 2020

Actifs sous gestion en Suisse et à l’étranger

En 2020, les actifs gérés par les banques en Suisse restent au niveau de l'année précédente (-0,2 %). Les avoirs des clients étrangers ont diminué. La croissance des avoirs des clients nationaux a presque compensé cette tendance à la baisse.

Les actifs sous gestion se composent des portefeuilles de titres détenus en dépôt pour le compte de clients (CHF 6 944,0 milliards), des engagements envers la clientèle hors dépôts à vue (CHF 812,6 milliards) ainsi que des engagements fiduciaires (CHF 122,1 milliards). En 2020, les portefeuilles de titres ont augmenté d’environ CHF 163 milliards par rapport à 2019.

En revanche, les engagements fiduciaires (-38,0 %) et les engagements envers la clientèle hors dépôts à vue (-11,3 %) se sont inscrits en baisse. Bien que les portefeuilles de titres constituent la part de loin la plus importante des actifs sous gestion, leur croissance n’a pas été assez soutenue pour compenser l’évolution négative des autres postes.

Après la crise financière et économique de 2008, on a assisté à un recul spectaculaire des actifs sous gestion. Les portefeuilles de titres détenus en dépôt pour le compte de clients, en particulier, ont subi de lourdes pertes en raison de l’effondrement des cours de Bourse. Depuis 2011, les actifs sous gestion ont augmenté progres­sivement de CHF 2 633,6 milliards pour s’établir à CHF 7 878,7 milliards en 2020.

La part des actifs sous gestion des clients étrangers a baissé entre 2010 et 2020, passant de 51,9 % à 46,3 %. Cela s’explique par plusieurs raisons. Tout d’abord, il y a l’effet monétaire. Les clients étrangers détiennent une part d’actifs libellés en euros et en dollars américains nettement plus importante que celle des clients suisses. Or les parts des actifs sous gestion sont calculées en francs suisses. Dès lors, si le franc suisse prend de la valeur, la part des actifs des clients étrangers baisse automatiquement par rapport à celle des clients suisses. En deuxième lieu, il y a sans doute aussi les exigences accrues quant à la conformité fiscale des clients des banques. Afin de régulariser leur situation, nombre de clients étrangers ont rapatrié au moins partiellement leurs avoirs dans leurs pays d’origine. En dépit de cette situation, les actifs sous gestion ont augmenté au total de CHF 807,1 milliards entre 2010 et 2020.

Graphique 17

Graphique 18

Portefeuilles de titres

Graphique 19

Les portefeuilles de titres constituent la majeure partie des actifs sous gestion. Début 2020, la pandémie de COVID-19 a entraîné d’importantes turbulences boursières, mais les marchés se sont stabilisés en fin d’année. Si 2020 s’est déroulée sous le signe de la crise, cela n’a pas empêché les portefeuilles de titres de s’inscrire en hausse de 2,4 %.

Les portefeuilles de titres détenus en dépôt pour le compte de clients ont légèrement augmenté (+2,4 %) en 2020. C’est une croissance modérée par rapport à 2019, qui s’explique par l’impact de la pandémie de COVID-19 sur les cours de Bourse ainsi que par la solidité persistante du franc suisse. Le SMI, qui se situait à plus de 11 000 points, a chuté à environ 8 160 points en mars 2020, avant de se ressaisir et de franchir à la hausse la barre des 10 000 points en juin 2020 déjà. En fin d’année toutefois, il n’avait toujours pas retrouvé le niveau qui était le sien avant la pandémie de COVID-19. Courant 2020, le franc suisse s’est apprécié de 0,2 % par rapport à l’euro, mais d’environ 8,9 % par rapport au dollar américain.

On distingue les portefeuilles de titres de type «Actions», «Parts de placements collectifs», «Obligations» et «Autres». Alors que tous s’étaient inscrits nettement en hausse en 2019, ils n’ont que faiblement varié en 2020. Si les parts de placements collectifs ont enregistré la plus forte progression (+5,8 %), les obligations se sont repliées de 4,4 %.

Au total, sur la dernière décennie, la croissance des portefeuilles de titres a été forte, puisqu’elle s’établit à plus de 50 %. Elle a été tirée à la hausse par les porte­feuilles de type «Actions» et «Parts de placements collectifs», sachant que les portefeuilles obligataires sont restés stables sur cette période.

Structure des portefeuilles en dépôt par monnaies

No problem. But might have been a solEn 2020, la structure des porte­feuilles en dépôt par monnaies est restée stable par rapport à l’année précédente. Plus de la moitié des portefeuilles en dépôt sont libellés en francs suisses. Un quart d’entre eux sont libellés en dollars américains, tandis que l’euro et les autres monnaies se partagent le dernier quart.ution for us.

Le franc suisse reste la monnaie de placement la plus importante, bien que sa part dans les portefeuilles en dépôt ait légèrement baissé entre 2019 (52,5 %) et 2020 (52,4 %). De même, la part des autres monnaies n’a que faiblement varié: le dollar américain et l’euro ont ainsi progressé chacun de 0,1 point de pour­centage par rapport à 2019.

Si environ deux tiers des titulaires de dépôts libellés en francs suisses sont suisses, la situation est symétrique en ce qui concerne le dollar américain et l’euro: environ deux tiers des titulaires de dépôts libellés dans ces monnaies sont étrangers.

Graphique 20

Actifs sous gestion en progression à l’issue du premier semestre​

Après un léger recul en 2020, les actifs sous gestion ont repris une trajectoire ascendante (+6,9 %) au cours des premiers mois de 2021. Cela s’explique par la forte augmen­tation des portefeuilles de titres (+8,2 %), elle-même portée par l’évolution positive des marchés d’actions.

La reprise économique amorcée dans les premiers mois de l’année 2021 est sensible aussi au niveau des actifs sous gestion dans les banques en Suisse: à fin mai 2021, ils s’établissaient à CHF 8 386,9 milliards, en hausse de 6,9 % par rapport à fin 2020. Cette hausse concerne tant les actifs des clients suisses que ceux des clients domiciliés à l’étranger. Elle s’explique par l’évolution positive des marchés d’actions et par l’augmentation corrélative des portefeuilles de titres. Ces derniers s’affichent en hausse de 8,2 %, tandis que les engagements envers la clientèle et les engagements fiduciaires sont restés orientés à la baisse sur les premiers mois de l’année 2021 comme en 2020. Le SMI, qui a atteint en juin un pic sans précédent à environ 12 000 points, témoigne de l’évolution positive des marchés d’actions.